Skip to content

Digital folklore: to computer users, with love and respect, Dragan Espenschied, Olia Lialina

octobre 5, 2011

digital folkloreEn 50 ans, Internet est passé d’une connexion expérimentale entre deux ordinateurs dans un laboratoire de recherche à plus d’1,8 milliards d’usagers connectés dans le monde. S’intéressant à cette histoire, on aurait peu de mal à trouver des anthologies qui retracent la création du réseau DARPA puis d’ARPANET, ancêtre de notre World Wide Web. Étonnamment, et pour notre plus grand plaisir, c’est une voie bien différente qu’ont poursuivie Olia Lialina et Dragan Espenschied. Le sous-titre de leur œuvre "To computer users, with love and respect" nous donne le ton : il ne s’agit pas de s’intéresser aux geeks ou aux informaticiens qui ont programmé les protocoles initiaux, mais plutôt aux usagers "lambda", avec une thèse pour le moins surprenante de prime abord : "Ce sont eux qui ont fait Internet".

Ici, les deux auteurs s’intéressent davantage aux premiers usagers d’Internet, ceux qui face à une technologie sans humour, sans histoires, sans imaginaire, ont décidé d’expérimenter et de créer collectivement un espace – leur espace – d’expression.

Et il faut signaler d’emblée que dans cette optique-là, c’est une œuvre non seulement singulière, mais surtout admirablement riche, que nous livrent les deux auteurs. Des très attendus LolCats aux GIFs animés "en construction" qui ont, fut un temps, envahi toutes les pages perso, en passant par la célèbre police de caractères Comic Sans MS et l’omniprésence des publicités pour élargir son pénis, pas le moindre pixel ne semble échapper à leurs investigations minutieuses. Et c’est là le deuxième plaisir que nous procure ce livre : face à de tels objets, qui semblent échapper à toute forme d’analyse rigoureuse, les multiples contributeurs apportent chacun une réflexion de la plus grande qualité. Ainsi, le lecteur ne manquera pas de pouvoir enfin comprendre pourquoi il existe si peu de choix de typographies sur Internet, malgré les tentatives répétées destinées à mettre en place des dispositifs permettant d’enrichir leur variété. Les auteurs n’hésitent pas à positionner les artistes comme "premiers professionnels du web".

L’ouvrage, très réussi, se termine par une sélection de projets réalisés par des étudiants de la Merz Akademie de Stuttgart où Olia Lialina et Dragan Espenschied enseignent le design d’interface.

 

Digital folklore: to computer users, with love and respect
Dragan Espenschied, Olia Lialina
Éditeur : Merz akademie

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :