Skip to content

L’art numérique et l’argent : quel modèle économique pour le digital ?

mars 7, 2011

ArgentL’art numérique n’en finit pas de s’étendre. Des artistes reconnus passés à l’outil digital aux peintres du dimanche qui bidouillent grâce à une tablette graphique ou simplement avec des logiciels de retouche d’image, la création numérique se développe de façon exponentielle. De là surgit une nouvelle interrogation : comment monétiser les œuvre digitales ? Comment valoriser la création numérique ?

Généralement, c’est l’offre qui détermine le prix : plus une chose est rare, plus elle est chère. Mais le numérique permet une prolifération quasiment inextinguible de la création. Tout ne se vaut pas, certaines œuvres ne peuvent d’ailleurs pas se prévaloir d’une telle appellation mais qu’en est-il de ces œuvres qui font la différence, celles qui apparaissent comme la justification de la naissance d’une nouvelle forme d’art ?

Ces œuvres subissent le contrecoup d’un monde virtuel où tout est gratuit, libre d’accès, échangeable à l’infini, transférable à volonté. Les œuvres numériques subissent le risque d’une copie démultipliée identique à l’originale, la faisant passer du statut d’œuvre unique à celui de création à large diffusion. Il faut donc envisager un système de protection des œuvres numériques, un système de traçage, un dispositif anti copie, une authentification des œuvres. Autant de contraintes qui nécessitent un certain investissement de la part des artistes comme des collectionneurs.

Ainsi, des procédés et techniques particulières permettent d’authentifier une œuvre numérique, son tirage format papier (cf. la digigraphie), alors que des urls se vendent jusqu’à 10 000 euros par leurs créateurs. Les collectionneurs sont désormais prêts à payer une œuvre qu’ils partageront avec le plus grand nombre, que chacun pourra imprimer en la récupérant sur le web, même si, bien entendu, elle ne sera ni numérotée ni de qualité égale à un tirage artistique.

Le système actuel soulève donc de nouvelles contraintes, des notions qui jusque-là n’entraient pas en ligne de compte lors d’un achat dans le domaine de l’art. Le numérique, s’il a modifié la création en elle-même, va modifier également le système économique afférant qui englobe les œuvres numériques dans leur ensemble (images, photos, vidéos, sites, mais également musique ou textes).

Et que faire des ces sites, ces animations, ces images qui sont aujourd’hui valorisées, monnayées, grâce notamment à de la pub ? Quel sera leur avenir lorsque les auteurs auront disparu ? Imaginons un blog à succès, attirant chaque jour un cheptel de lecteurs assidus venus savourer les écrits de son auteur. Si ce dernier a opté pour de la publicité et que son blog lui rapporte de l’argent, alors ses écrits ont une valeur. Mais que se passera-t-il après sa mort ? Y aura-t-il une loi quant à la succession de ces œuvres numériques, textes, images, vidéos ou sites ?

Le développement phénoménal de l’art digital soulève des problématiques nouvelles dont la nécessité de définir un statut pour les artistes et leurs œuvres. C’est tout un système économique qui demande à être créé autour de cette forme d’art qui repousse les limites de l’art tel que nous l’avons connu jusqu’à aujourd’hui.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :